Jour 3: Découverte de Reykjavik

La nuit fût toujours aussi compliquée pour moi et il est un peu après 5h du matin quand je me réveille difficilement. Je laisse bien évidemment mon épouse dormir tout son saoul et j’en profite pour écrire l’article de la veille. Vers 8h, je me décide quand même à la réveiller car il nous faut encore nous apprêter et déjeuner avant d’attaquer le programme – plus light – de la journée. Au menu, visite du centre de Reykjavik au matin et tattoo en début d’après-midi.

Il est presque 9h quand nous nous mettons en route. J’avais prévu de nous rendre jusque dans le centre à pied, notre hôtel étant situé à trois kilomètres de celui-ci en longeant l’océan. L’idée de nous balader sur la digue nous tentait bien et, malgré une fine pluie qui tombe sans discontinuer depuis mon réveil, nous nous mettons en route. Malheureusement, après un quart d’heure de ballade, il faut se rendre à l’évidence: il n’y a rien de très agréable à marcher avec la pluie – qui forcit de minute en minute – qui vient de face. Malgré nos vêtements de pluie qui nous protège très efficacement, nous décidons de faire demi-tour et de prendre la voiture pour nous rapprocher du centre.

Une grosse vingtaine de minutes plus tard, nous sommes garés non loin du premier lieu que nous souhaitions visiter: Harpa, la toute récente et immense salle de concert de Reykjavik à l’architecture délirante. On ne peut pas la rater avec son enchevêtrement de blocs aux formes irrégulières et aux fenêtres multicolores. Construit il y a quatre ans sous la protestation populaire (le projet a coûté un fric dingue en pleine crise financière !) tout à côté du port, on aime ou pas son côté hyper moderne. Pas spécialement fan du contemporain, on doit avouer que celui-ci nous aura bien plu !

DSC_0134

Et si l’extérieur est original, c’est encore plus vrai à l’intérieur ! Ou que l’on regarde, ces amas de fenêtres aux formes incongrues sautent aux yeux. Des passerelles grimpent un peu partout et des bancs sont installés un peu partout pour profiter des lieux et de la vue. Mais ce qui marque le plus dans ce lieu, c’est le calme qui s’en dégage. Peut-être avons nous eu de la chance mais qu’est ce qu’il est agréable d’être au chaud dans une ambiance si feutrée alors qu’il pleut et que des travaux font un tintamarre de tout les diables à l’extérieur !

DSC_0144

Mais finalement, il faut quand même bien avancé dans nos pérégrinations et nous devons ressortir. Quelle joie de constater que la pluie s’est complètement arrêtée ! Nous décidons donc de nous enfoncer sans tarder dans le centre-ville en direction de l’Adalstraeti, la plus vieille rue de Reykjavik ou se trouve au numéro 10, la plus ancienne maison de la ville. Bon, elle n’a rien d’extraordinaire et si je ne l’avais pas lu, je serais passé sans la voir.

DSC_0147

Alors que nous marchons un peu au hasard des rues du centre, nous faisons deux constatations: Reykjavik n’a pas grand chose d’exceptionnel en soi mais qu’il est bon de marcher dans une ville aussi tranquille. C’est la première capitale de ce genre que nous visitons et finalement ça a aussi son charme !

Nos pas nous ont emmenés naturellement vers un deuxième édifice, lui aussi construit probablement par un fou: Hallgrimskirkja ou l’Eglise du Christ-Roi. Son architecture rappelle les orgues basaltiques présent en nombre en Islande et que nous verrons plus tard dans notre voyage. Comme nous en avions déjà vu en Irlande, nous voyons bien de quoi il retourne mais il n’empêche que pour le coup, je suis nettement moins fan ! Entièrement construite en béton, il aura fallu plus de 40 ans pour la terminer ! Sa flèche perchée à 75 mètres en a fait le plus haut bâtiment d’Islande jusqu’il y a peu mais à part cela, pas grand chose à signaler. Devant le bâtiment trône une statue d’un viking, fils d’Erik le Rouge qui a « découvert » l’Amérique.

DSC_0157

L’intérieur n’est guère plus intéressant car … il n’y a rien à voir ou presque ! L’ensemble est complètement dénudé si ce n’est un magnifique orgue composé de plus de 5000 tuyaux. Chance pour nous, une dame est en train d’en jouer au moment ou nous y sommes. Nous l’écoutons quelques minutes mais on ne peut pas dire que nous sommes de bons clients et nous ne traînons pas. Un ascenseur payant permet de grimper au sommet du monument mais ça ne nous tente pas plus que cela vu le monde qui attend.

DSC_0162

La matinée est déjà quasi finie et nous avons juste le temps de redescendre jusqu’au parking car notre ticket arrive à expiration. Vu le nombre d’amendes aperçue sur les pare-brises dans tout le centre, nous décidons de ne pas jouer avec le feu. En passant devant une cabane à hot-dog, nous décidons de nous y essayer car j’avais lu que les Islandais en faisait de très bon. Mouais, en fait c’est juste un sandwich mou avec une saucisse de Strasbourg chaude et un peu de ketchup. Pas de moutarde ni de choucroute donc pas grand chose à se mettre sous la dent ! Nous finissons par arriver quelques minutes avant l’heure H et nous mettons le cap sur notre guesthouse pour y manger les pistolets achetés en chemin (au sésame, très bon !).

Il nous reste une heure avant de devoir partir pour mon rendez-vous et nous en profitons pour finir nos sacs et fermer les yeux quelques minutes. Arrivé sur place, on nous annonce qu’il nous faudra patienter une quarantaine de minutes car nous ne sommes pas les seuls et ils ont un peu de retard. Pas de souci, nous partons donc « visiter » le quartier qui à part quelques boutiques n’a pas grand chose à proposer. Par curiosité, nous rentrons dans les magasins pour constater qu’ici en Islande, tout coûte très très cher ! Le moindre carnet de voyage est à 20 euros, des magnets pour frigo à presque 10 euros ou des mugs à 8 ! C’est du grand n’importe quoi et nous repartons les mains vides. Notre souvenir sera le tattoo et c’est déjà très bien comme cela.

Après la double séance (pour moi et pour mon épouse) avec un jeune italien échoué en Islande, nous décidons de partir pour notre prochaine guesthouse à Selfoss. Pour ce faire, nous réempruntons la route 1 utilisée en grande partie la veille pour revenir du Cercle d’Or. Rien à signaler si ce n’est un brouillard à couper au couteau sur les « hauteurs » et qui disparaîtra dès que nous redescendrons. Nous faisons un arrêt dans un Liquor Store afin d’acheter de quoi nous faire des apéritifs durant notre séjour mais les prix nous refroidissent à nouveau: une simple bouteille de Bacardi blanc coûte … presque 40 euros ! A ce prix là, on se passera sans problème d’alcool pour notre séjour ! Finalement, l’eau c’est très bien aussi …

A Selfoss, non seulement il ne pleut plus mais quelques minutes après être arrivé, un ciel bleu de plus en plus large fait son apparition. Nous décidons donc d’aller nous balader dans le petit centre-ville et de chercher après le restaurant de ce soir. Nous nous déciderons à nouveau pour un restaurant thaï conseillé par notre guide. Nous ne serons pas déçu même si l’addition se révélera encore salée ! Près de 50 euros pour deux avec juste un petit menu et un coca chacun. C’est le prix à payer si on veut éviter les traditionnelles pizzas et hamburgers … Nous flânerons encore quelques temps avant de prendre la direction de notre guesthouse et de son salon très agréable ou j’ai pu écrire confortablement ce récit.

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :