Jour 25: La Laguna Esmeralda

Aujourd’hui, le réveil sonne à 7h30 et nous nous réveillons le cœur un peu lourd. Nous savons que c’est notre dernière journée complète dans ce merveilleux pays et que demain, nous reprenons l’avion direction Paris puis la Belgique. Néanmoins, ce n’est pas une raison pour rester les bras croisés et nous sommes bien décidés à faire une chouette dernière activité. Par curiosité, nous avons ouvert tripadvisor hier pour regarder les classements des attractions dans la région. La première citée ne nous disait absolument rien et notre guide n’en parlait même pas: la Laguna Esmeralda. D’après les multiples avis, le lac est sublime et la randonnée pour y arriver est de type court et sans difficulté si ce n’est de la boue. Comme en plus c’est tout près de la ville, c’est décidé, c’est ce que nous allons faire !

Il fait beau (ciel bleu et nuages) lorsque vers 8h40 nous nous en mettons en route pour sortir de la ville par l’est. Après un contrôle de police très bref (comme souvent, quand ils voient que je ne parle pas espagnol, ils me disent de m’en aller), nous partons sur une jolie route qui serpente entre de hauts sommets. Je ne roule pas trop vite car nous ne savons pas très bien ou se situe le point de départ si ce n’est que c’est le long de cette route. Nous sommes donc à la recherche d’un panneau indiquant la première attraction de la région et nous en serons pour nos frais ! Nous avons bien croisé quelques panneaux indiquant valle del lobos (vallée des loups), nunatak, castorera … et puis c’est le déclic ! Mon épouse me demande si ça ne me dit rien et c’est au moment ou on voit le panneau pour les castors que je me rappelle un plan qu’on nous avait fourni. Elle le retrouve dans la portière et effectivement, nous sommes beaucoup trop loin. Le départ se fait à la vallée des loups !

Je fais donc demi-tour jusqu’au premier panneau aperçu et je m’engage dans le sentier. Quelques mètres plus loin, un panneau indique que nous devons garer la voiture, les bâtiments se trouvant un peu plus loin. Ce sont quelques petites constructions en bois ou vivent quelques dizaines de chiens (l’activité principale du lieu est la ballade en chien de traîneaux). A part ça, personne ! La cafétéria est fermée et c’est le seul bâtiment qui pourrait accueillir un semblant d’accueil. Pourtant, un gros 4×4 est garé là et j’aperçois même de la fumée sortir d’une cabane. Il doit donc y avoir quelqu’un ! Et c’est au moment ou nous nous apprêtions à nous en aller, la mort dans l’âme, qu’une dame arrive derrière nous et s’excuse de son retard. A mon avis, au vu de la tête qu’elle a, nous l’avons réveillée ! Nous lui expliquons que nous voulons effectuer la ballade jusqu’à la laguna et comme on s’y attendait, il faut payer 30 pesos par personne et remplir un tableau d’identification. En cadeau, nous recevons un plan imprimé sur un quart d’A4 fort schématisé expliquant la rando. Rien de bien compliqué, elle nous indique ou trouver l’entrée du sentier (dans le fond de la propriété, après les chiens) et nous dit de suivre les signalisations bleues.

Nous commençons donc cette petite marche (prévue en 1h30 par trajet) par un sentier sous bois tout plat. A peine quelques centaines de mètres plus loin et nous débouchons dans la première plaine de tourbe. Déjà, le cadre est posé: une rivière (que nous allons remonter jusqu’au lac), des montagnes, des couleurs et un sol … élastique ! Vraiment particulier de marcher sur de la tourbe, ça rebondit comme un trampoline ! Non loin, nous pouvons observer à nouveau un barrage de castors mais cette fois, sans une foule qui se presse en beuglant. Dommage, nous n’en verrons pas malgré tout mais je sais que c’est un animal très difficile à observer.

DSC_1000

Par contre, jusqu’à présent, oui c’est boueux mais pas de quoi en faire le sujet principal d’un avis sur tripadvisor. Des « passerelles » en bois jetées là permettent de traverser sans trop s’enfoncer et j’avoue que je m’attendais à bien pire jusqu’à quitter la plaine et entrer dans le bois suivant.

Alors là oui, c’est boueux. Certains portions doivent accueillir au moins trente centimètres de boue mais heureusement, des âmes charitables se sont amusées à disposées des bouts de bois, des pierres, des souches pour faire comme un parcours d’équilibre avec la boue comme punition si on se rate. A la limite, moi je trouve ça très amusant et pas vraiment difficile mais si on espère garder ces chaussures propres, il y aura un problème. Peut-être est-ce pour cela que les gens râlent ? En attendant, nous arrivons à la seule « difficulté » du sentier symbolisé par une courte montée mais un peu raide. Rien de méchant bien évidemment et après cela, le plat redevient la norme.

Cette partie dans les bois est un peu plus longue et lorsque l’on arrive dans la dernière plaine de tourbe, on sait que nous nous rapprochons du but. La rivière, que nous avions perdue de vue durant la traversée dans le bois, réapparaît. Le sol redevient élastique et plus boueux que la première fois. Mais c’est tellement joli que nous n’en avons cure et notre seule idée est d’arrivée au sommet du monticule devant nous au dessus duquel doit se trouver la laguna.

DSC_1009

C’est donc à un slalom que nous nous livrons à travers cette plaine alors que nous suivons les piquets bleu disséminés tout les vingt mètres. Lorsque nous arrivons au sommet du premier monticule, persuadé d’avoir atteint la récompense, rien. Plus loin, se trouve un deuxième monticule et nous continuons donc à suivre les piquets. Toujours rien au sommet de celui-ci mais nous approchons de plus en plus du fond de la plaine, délimitée par un cercle de montagne. Ce n’est pas au deuxième mais au troisième monticule escaladé que nous aurons enfin le droit de dire: « WAOUH » !

pano laguna esme fb

Ce lac est superbe avec ses eaux couleurs émeraude entourés de sommets enneigés et bordé par une petite plage. En plus, pendant quelques courtes minutes, nous serons entièrement seul à profiter d’une telle beauté. Nous serons rejoint par deux allemandes puis par un homme seul mais au final, ça sera tout pendant près d’une demi-heure. Chacun est parti dans son coin et personne ne se dérange pour prendre des photos. Profitant d’un beau rayon de soleil, je joue à photographier le reflet des sommets dans le lac pour une photo assez réussie je pense.

DSC_0036

Mais comme souvent, on profite rarement seul d’une telle beauté et vers 11h, alors que nous sommes là depuis trente bonnes minutes, du monde commence à arriver. D’abord deux personnes, puis deux autres et ainsi de suite. Nous sommes content d’avoir commencer cette marche le plus tôt possible pour avoir ces quelques instants de solitude avec un lieu magnifique avant le rush. Nous décidons donc de plier bagages et de repartir par le même chemin. Rien de spécial à dire jusqu’à notre retour au point de départ si ce n’est que le temps commence à salement se couvrir et on sentira même quelques fines gouttes de pluies juste avant d’arriver à la voiture. Finalement, nous aurons marché 2h40 aller/retour ce qui nous situe dans une moyenne basse en terme de temps !

Cette courte randonnée nous aura vraiment beaucoup plu et aura permis de gommer le souvenir de légère frustration de la veille. Notre dernière activité en Argentine nous laissera un chouette souvenir !

Nous irons manger dans un restaurant/bar un peu atypique dans le centre d’Ushuaïa: c’est un ancien marché couvert, tout en bois. Tout un pan de mur est recouvert d’étagères avec un assemblage d’objets d’époques. On ne prend pas le temps de tout détailler mais l’ensemble est vraiment joli. Quand je dis restaurant, ce sont plutôt des picadas (assiette de fromage, charcuterie, … à partager) et des petits snacks qui sont proposés ainsi que des desserts préparés par un chef parait-il français. Ce qui est sur, c’est que l’assiette fromage/charcuterie que nous mangerons sera d’excellente qualité ainsi que la baguette fraîche et délicieuse. Par contre concernant le service, ça sera le chaos intégral alors qu’au final, il ne restera qu’une dizaine de tables pour trois serveurs.

Le reste de l’après-midi servira à remettre à jour tout les récits et photos et au soir, nous retournerons manger un délicieux repas (ainsi que boire quelques cocktails) au Kuar – le restaurant de la veille – pour fêter comme il se doit notre dernière soirée argentine !

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :