Jour 20: Excursion au milieu des glaciers

Aujourd’hui, nous pouvons nous réveiller un peu plus tard. Hier, nous avons réservé auprès de notre auberge de jeunesse une excursion d’une grosse demi-journée (pour 900 pesos par personne) pour partir à la rencontre d’autres glaciers, moins connu que le Perito Moreno mais qui devrait malgré tout être assez beau. Le rendez-vous est fixé pour 8h30 au petit port de Punta Banderas, sur la route du Perito, mais plus près d’une quarantaine de kilomètres. Nous pouvons donc déjeuner à notre aise et c’est vers 7h30 que nous nous mettons en route.

La route est la même que la veille, toujours aussi vide de monde et dès la sortie de la ville, je peux un petit peu accélérer. Au bout d’une petite cinquantaine de kilomètres, je quitte la route principale pour suivre les panneaux indiquant le port. Très vite, nous voyons un bateau, pas trop grand et un petit groupe déjà en train d’embarquer. Bizarre, on nous avait promis une foule incroyable sur un grand bateau, c’est le contraire ! Je me prends à espérer mais très vite, je déchante. Ici, ce sont les départs des clients de l’estancia Cristina et pas de Solo Patagonica avec qui nous allons effectuer notre tour. Je le savais, moi, qu’il existait une alternative au gros tourisme de masse et tout le monde me disait le contraire ! Bon, après cela, je ne sais pas à quel prix …

Nous continuons donc un peu plus loin dans le port et la, pas d’erreur, c’est bien le nôtre ! Une foule énorme et trois énormes bateaux sont à l’amarrage, des cars en pagaille sur le parking, quelques voitures … bref, ce que l’on redoutait se confirme. Mais contrairement aux autres fois, nous étions partis avec cette idée-là et nous prenons les choses de manière plus relative. Nous nous garons ou on peut et nous rendons sous la tente ou doit se faire le départ. Avant de nous mettre dans la file, déjà conséquente, nous devons aller nous acquitter des 215 pesos par personne pour l’entrée du parc. Tout comme à Iguazu ou à la péninsule de Valdes, il n’y a pas de système de pass pour plusieurs jours et ils en profitent pour se sucrer à mort sur le dos des touristes. Vraiment dommage car ça pourrait en décourager plus d’un de faire des excursions aussi dispendieuses mais en attendant, les bateaux sont pleins et ça ne risque pas de changer !

Nous attendons en rang bien serré pendant un petit quart d’heure avant qu’un steward n’ouvre les grilles, libérant la meute de touristes que nous sommes. Sur chacun de nos tickets, le numéro du bateau ou nous devons aller est noté et nous sommes répartis en trois files. On embarque quand même finalement assez vite et à l’heure pile prévue, nous nous mettons en route. Comme d’habitude, nous devons rester à l’intérieur pour écouter les consignes de sécurité (et comme d’habitude, comme en avion, personne n’en a rien à faire) avant de pouvoir sortir sur le pont. La conception du bateau est un peu mieux étudiée et si il n’y a pas de pont supérieur sur le « toit », ceux du bas sont beaucoup plus larges. De plus, la moyenne d’âge des participants est assez … élevée et ils ne sont pas vraiment pressés de sortir dans le vent et l’eau projetée par le bateau. J’en profite donc pour me caler dans le coin arrière-droit du bateau et je décide de ne plus en bouger, quoi qu’il arrive. Cette fois, je veux être aux premières loges !

C’est parti pour une bonne heure et demie de navigation en direction du premier des glaciers: Upsala. Avec ses 870 kilomètres carrés, il est grand comme huit fois Paris ! Bien évidemment, nous n’en verrons qu’une infime partie aujourd’hui. Le vent et l’eau me font parfois un peu douté de mon idée de rester au même endroit mais lorsque le premier iceberg apparaît, je ne le regrette pas. La guide l’annonce au micro et tout le monde se rue vers ma position. Pour ma part, je n’ai qu’à mitrailler ces champignons de glace sans bouger.

DSC_0581

Un peu plus loin, on approche de deux immenses icebergs. Pas de bol, ce coup-ci, ils sont de l’autre côté. La discussion avec la française d’hier me revient: elle m’a prévenu que le bateau tournait pour que les deux côtés puissent les voir. Je ne bouge donc pas de ma place et j’attend patiemment que la manœuvre s’opère ce qui arrive quelques minutes plus tard. Ils sont vraiment très gros ces deux-là, une petite dizaine de mètres de haut, et je suis obligé d’attendre que l’on s’éloigne pour avoir le recul nécessaire pour les photographier.

DSC_0596

Ici, pas de mouette à photographier avec les touristes, l’agence a donc trouvé une autre solution: il détache des blocs de glace des icebergs afin de photographier tout le monde avec et revendre les photos à la fin de l’excursion. Quand nous verrons le résultat vraiment très mauvais, nous ne regrettons pas de refuser leur proposition: les gens sont sous ou trop exposé, la ligne de fond est tellement oblique qu’on a l’impression que le bateau coule, les gens sont devant le sujet à photographier, bref rien ne va !

Après ces deux beaux gros icebergs, nous terminons la route qui nous amène au glacier Upsala. Au contraire du Perito Moreno qui est énorme et majestueux, celui-ci est plus dans … l’artistique. Je m’explique: là ou le Perito est d’un seul « bloc », celui-ci est constitué d’une infinité de petits, offrant des formes incroyablement belle. Les montagnes embrumées derrière offre un contraste saisissant avec ce bleu électrique (qui provient de la diffusion de la lumière dans l’eau « propre » de la glace). Au fond, le champ de glace s’étend à perte de vue …

DSC_0645

DSC_0624

DSC_0631

DSC_0652

Une petite pluie se met à tomber mais rien de bien grave, même pas de quoi se mettre à l’abri tant elle sera courte et fine. Le bateau, pendant une demi-heure, s’avancera dans des « bras » du glacier, au plus proche de celui-ci. Le jeu du photographe « professionnel » recommence et encore une fois, la meute de touriste se jette sur le glaçon. J’en profite pour contempler en paix ce spectacle incroyable (ils sont de l’autre côté du bateau).

Malheureusement, il est temps de s’en aller pour découvrir non pas un glacier comme c’était prévu mais deux ! Avant d’arriver au Spegazzini, nous allons pouvoir voir un glacier situé en montagne, le Heim Sur. Celui-ci ne descend pas jusqu’à la mer, il en est même encore loin. Le Perito Moreno a la particularité de continuer à grandir, ce qui n’est pas le cas de l’Upsala et probablement pas de celui-ci non plus. La faute au réchauffement climatique d’après les experts … En attendant, même si il est assez éloigné, il reste malgré tout assez beau, quoique beaucoup moins impressionnant que les autres. Le bateau ne s’arrêtera même pas pour laisser le temps aux gens de le photographier, ce qui provoquera une ruée sur le côté ou je me tiens maintenant depuis plusieurs heures.

DSC_0670

Mais tout de suite après, le glacier Spegazzini apparait ! Ce n’est pas le plus grand en superficie (il ne fait que 66 kilomètres carrés) mais il est plus haut de quelques dizaines de mètres que le Perito Moreno. Même si il est moins impressionnant que le dernier nommé, il est vraiment très beau grâce entre autre au cadre qui l’entoure: montagne enneigée, forêt verte, roche nue et les nuages se déplaçant à vitesse grand V. Il y a même une minuscule cascade sur le côté gauche du glacier qui fait énormément plaisir à la meute, à tel point qu’ils en oublient presque de photographier le principal (bien aidé par le professionnel).

DSC_0706

DSC_0710

Après une demi-heure à le contempler, il est déjà l’heure de repartir vers le port. Cela fait maintenant plus de quatre heures que je suis sur le pont et je commence vraiment à geler. Mon épouse est déjà rentrer se réchauffer et dès que le bateau se met en route, je la rejoins.

Autour de nous, tout le monde boit de l’alcool car dedans, le barman y met comme glaçon, des petits bouts d’Upsala. Pas que j’ai envie de cela spécialement (le glaçon était très bien dans l’eau) mais un whisky pour se réchauffer, c’est un bon remède ! Je vais donc m’en commander un et je prends (pour lui faire plaisir) une petite bouteille de champagne pour mon épouse. A peine les deux sont ingurgités (le mien étant vraiment très rempli, pour à peine deux euros, ils ne lésinent pas sur la dose !) que je m’endors, comme la moitié du bateau. La traversée passera donc vraiment très vite pour nous et il est 14h15 quand nous rejoignons la terre ferme.

En conclusion, cette excursion était bien mieux organisée que les autres, avec des bateaux plus adaptés à la quantité de monde présent dessus. Nous avons pu prendre toutes les photos que nous voulions sans être bousculé dans tous les sens. Les deux glaciers sont différents du Perito Moreno et n’offre pas le sentiment de redondance que je craignais un peu. A faire !

Avant de nous remettre en route, nous nous faisons un sandwich avec le fromage que nous avions achetée hier (sur le bateau, il n’y a rien à manger, que des boissons) suite au conseil de notre rencontre de la veille. En revenant en ville, nous passons acheter de l’eau pour nos randos des deux prochains jours et de quoi mettre sur les sandwichs. Nous irons aussi récupérer le linge que nous avions laissé la veille à la laverie. Ce soir, nous retournons au restaurant La Zaina pour y manger (normalement) de l’agneau cuit à la parilla ! On a hâte !

 

 

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :