Jour 12: Une journée d’anniversaire inoubliable

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire ! Et quoi qu’il arrive, j’en garderai un souvenir impérissable: fêter ces trente ans en Argentine avec celle qu’on aime, quoi de mieux ???

Le programme de la journée sera donc assez light. Nous n’avons rendez-vous qu’à 17h à Puerto Piramides, dans la péninsule de Valdes. De la bas, nous avons réservé une excursion pour (re)découvrir les baleines. C’est une expérience que l’on avait déjà faite aux USA, il y a quatre ans. Nous avions été tellement enchanté de cette rencontre que nous voulions absolument la refaire. Bonus en prime, le bureau choisi propose deux types de bateaux: soit un bateau traditionnel pour les voir en-dehors de l’eau soit le « yellow submarine », un bateau ou nous sommes assis sous l’eau avec des hublots. Les photos dans la publicité sont prometteuses car les baleines peuvent alors passer fort près de nous. Nous nous décidons pour celle-la qui coûte le double du prix (1280 pesos pour deux heures) mais bon, c’est pas tout les jours que l’on fête son anniversaire !

Nous nous levons donc à notre aise vers 7h30, partons déjeuner à 8h et décidons de profiter de notre chambre jusqu’au dernier moment c’est à dire 10h. La veille, nous avions été demander si nous pouvions la conserver jusque midi mais le réceptionniste avait répondu par la négative. Gentiment, il nous avait proposé une autre chambre plus petite pour deux heures mais nous avons refusé. Ce n’était pas le but de déranger non plus.

Vers 10h donc, nous quittons la chambre et effectuons le check-out. Nous obtenons quand même de pouvoir laisser la voiture dans leur parking jusque treize heures au plus tard, ce qui va nous permettre d’aller nous balader sur la plage de Puerto Madryn durant cette matinée. Avant de nous y rendre, mon épouse tient à tout prix à passer à la petite boulangerie non loin de l’hôtel afin de m’y trouver un petit gâteau d’anniversaire. Ceci étant fait, nous allons le mettre à l’abri dans le coffre de la voiture et nous partons pour une marche d’une grosse heure sur cette plage. Ce n’est pas spécialement la plus jolie qu’on ai vue mais c’est agréable de marcher au soleil avec une température digne de l’été belge. C’est bien la première fois que je suis en t-shirt dehors un 13 novembre ! Nous faisons donc un aller et un retour et vers 11h30, nous nous rendons dans un bar de plage afin de prendre un premier apéritif. Je m’amuse à nourrir les petits oiseaux qui viennent réclamer des cacahuètes, l’un d’entre eux s’enhardissant tellement qu’il vient carrément en prendre dans le pot !

Il est déjà passé midi lorsque nous nous rendons dans un autre bar-restaurant pour y manger une grande pizza ananas accompagné d’une grande Quilmès (toujours aussi rafraichissante celle-là !). Une constatation s’impose: les serveurs ici à Puerto Madryn sont quand même nettement nettement moins agréable que dans le nord du pays. La veille, Sara, nous avait fait la même réflexion et pour l’instant, cela se confirme.

Vers 13h, nous rejoignons notre voiture et décidons de partir à Puerto Piramides. Le village nous ayant laissé une impression fort positive la veille, pourquoi pas aller passer l’après-midi là-bas ? C’est reparti donc pour une heure de route à travers les landes monotones. Nous repayons à nouveau les 332 pesos d’entrée et décidons cette fois de nous arrêter au visitor center. On meure de soif dans cette voiture !

On comprend tout de suite mieux ou part une partie de l’argent des entrées: certainement pas sur les pistes mais bien dans la construction de ce petit complexe très moderne avec écran tactile qui ne fonctionne pas et grandes maquettes de la région. Même les toilettes ont un aspect un peu futuriste complètement incongru en ces lieux de nature. Soit, une petite boutique de souvenirs vend aussi de l’eau et nous achetons chacun notre bouteille. Mon épouse essaye de se connecter au wifi mais comme souvent dans les lieux publics ici en Argentine, la qualité de la connexion laisse à désirer. Après avoir essayé pendant plusieurs minutes, elle laisse tomber et nous roulons la dernière demi-heure avant Puerto Piramides.

Nous garons la voiture comme la veille, juste à l’entrée et décidons de descendre vers la plage. Un escalier monte sur la droite vers une ouverture dans la roche. Intrigué, nous montons voir … un trou. Mais la n’est pas le plus important, un chemin permet de se balader en longeant la mer à quelques mètres de hauteur de celle-ci. Tout au bout, une petite plage inaccessible autrement que par la mer, encerclée par des falaises offre un cadre ma foi, fort agréable, pour y déguster ce fameux gâteau d’anniversaire ! Moment très agréable d’autant que le cheese-cake (mon dessert favori) est vraiment bon !

DSC_0005

Après tout cela, on se décide à aller voir l’agence afin de se débarrasser des formalités de l’excursion. Et c’est avec un grand sourire que les deux femmes présentent au guichet nous annoncent que c’est annulé la faute à un vent trop conséquent ! De quoi ? C’est quoi ce délire ? Mon épouse leur explique que l’on vient de faire une heure de route et payer l’entrée du parc, rien n’y fait, elles ne comprennent dorénavant plus l’anglais ! D’autant plus râlant que tout les bateaux partent malgré ce vent « important ». Nous pensons plutôt qu’ils n’ont pas assez de réservation et annule sans oser dire la vérité ! Southern Spirit, on ne vous remercie pas pour ce manque de professionnalisme ! Bien évidemment, ils essayent de nous proposer l’autre excursion mais quand on voit le monde qui part sur un si petit bateau, on refuse catégoriquement ! Pas envie de devoir jouer des coudes pour prendre une photo et encore moins envie de leur donner le moindre pesos de toute façon !

Nous ressortons de la et je dois calmer mon épouse, très déçue pour moi. Je la rassure, ce n’est évidemment pas de sa faute si dans le monde du tourisme, on se retrouve confronté à des gens qui ne pensent qu’au business et à rien d’autre. Nous décidons pour nous calmer de nous rendre au bar de l’hôtel en bord de mer. Le serveur, très sympa, nous amène non pas un whisky coca (pour moi) et un gin tonic (pour mon épouse) mais carrément les bouteilles en proposant de mettre ce que nous voulons dedans. Dangereux de sa part mais très généreux ! Nous n’exagérons pas (même si forcément, on force un peu les doses) et profitons de la vue. Au loin, on voit quelques panaches d’eau expulsées par les baleines. Mais lorsque l’on voit les bateaux revenir, on ne regrette pas d’avoir refuser l’excursion « classique »: ils sont une cinquantaine harnaché d’un gros gilet de sauvetage sur un minuscule bateau !

Nous décidons finalement de partir directement pour Trelew, que l’on profite un peu de la chambre d’hôte plutôt luxueuse que j’avais réservée. Le trajet nous semble interminable mais nous finissons par la trouver, en dehors de la ville. La Casona del Rio se trouve tout au bout d’une petite piste, assez loin de la route principale. Le bâtiment fait penser à un manoir anglais mais c’est surtout l’accueil extrêmement chalereux de Yanina et de sa mère qui en font un endroit d’autant plus exceptionnel. L’intérieur, du moins les parties communes, sont conformes à ce à quoi je m’attendais: des bibelots un peu partout, des photos de famille et surtout un magnifique gramophone. Les chambres sont elles plus sobre mais avec une literie d’une qualité indéniable !

Nous discutons avec Yanina pendant quelques minutes et lui demandons un endroit ou aller manger dans le coin. On lui propose Trelew mais elle nous conseille plutôt un restaurant de fruit de mer dans la ville d’à côté: Rawson et sa Playa Union. Nous déposons en vitesse nos sacs et nous partons dans la direction indiquée.

Autant le dire tout de suite, le reste de la soirée sera un fiasco complet ! Je ne vais donc pas trop m’étendre là-dessus mais en gros: Rawson, tout autant que Trelew, sont moches et déprimantes. Le restaurant indiqué n’ouvre pas avant 21h et, même si j’ai toute confiance dans le jugement de la propriétaire, le cadre est franchement déprimant. Nous nous rabattons donc sur Trelew et nous  nous retrouvons, après un premier essai infructueux, dans un bar un peu plus animé que les autres. Nous y mangerons, et de loin, le plus mauvais morceau de viande d’Argentine ! Et pour un prix indécent qui plus est ! Finalement, nous mangerons à peine et rentrerons nous coucher au plus vite. J’avais choisi de venir dormir dans cette horrible ville afin d’être proche de l’aéroport pour le lendemain mais je ne saurais trop conseiller de rester à Puerto Madryn et de faire l’effort des 45 minutes de route le lendemain, ceci afin de passer une dernière soirée un peu plus agréable …

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , ,

Une réponse à “Jour 12: Une journée d’anniversaire inoubliable”

  1. Christelle-stephane Antoine-debury dit :

    joyeux anniversaire un tout petit peu en retard!! 😉 christelle frites! 😉 super periple en tout cas profitez en bien ca a lair superbe!!!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :