Jour 11: Direction: le Sud Sauvage !

Après une journée catastrophique en terme de visite, on se réveille avec l’espoir que ça va s’arranger. Je bondis du lit pour ouvrir les volets et voir un ciel mi-figue mi-raisin. Au moins il ne pleut pas ! Durant la nuit, la Diagonale des Fous a démarré et les infos locales ne parlent que de ça. Nous allons prendre pour la première fois le petit déjeuner dans la salle commune et on ne le regrette pas: vraiment bon ! Nous faisons nos comptes et rendons la clé à la propriétaire, qui aura été agréable durant tout notre séjour. Ce temps déprimant ne nous retient pas vraiment par ici, nous partons presque content en espérant retrouver le grand soleil qui nous a accompagné jusque là !

Une grosse heure est nécessaire pour retrouver la route côtière que nous reprenons en direction de Saint-Philippe, « capitale » du Sud Sauvage. Un peu avant d’y arriver, nous quittons la route principale pour prendre un petit chemin perpendiculaire en direction de la mer. Nous arrivons dans la cour d’un restaurant mais au bout, le chemin continue jusqu’à nous faire arriver à un minuscule parking. Un bosquet de vacoas – un arbre aux racines sortantes – nous sépare de la mer.

DSC_0631

Une dame se dirige vers nous et nous apostrophe en nous posant des questions sur notre foi. La réponse qu’on lui fait (et qui était sincère) ne lui plait pas et elle commence à nous maudire en nous souhaitant tout les maux possibles. Grand bien lui fasse, nous l’ignorons et partons en direction de la côte. Ça ne la démonte pas et elle continue à nous promettre mille morts horribles. Après quelques mètres, une autre voiture vient se garer et elle nous oublie complètement pour aller s’occuper du nouveau venu.

En attendant, nous sommes arrivés face à la mer et c’est … magnifique ! Le Cap Méchant est bien la, créé grâce aux éruptions volcaniques qui se sont succédées il y a de cela bien longtemps. La lave solidifiée a formé cette jetée naturelle sur laquelle on peut s’avancer. Devant nous, la mer et si notre vue le permettait, on pourrait voir l’Antarctique à quelques milliers de kilomètres.

DSC_0638

Nous suivons la côte, à pied, d’un côté puis de l’autre. Les vagues s’écrasent avec force sur la falaise en pierres volcanique !

DSC_0652

Un tout petit peu plus loin, on peut voir dernière coulée de lave qui est recouverte peu à peu par cette espèce d’herbe mousseuse un peu jaunâtre.

DSC_0661

L’ensemble est vraiment agréable et nous traînons un peu dans les parages à contempler cette immense étendue. Nous décidons finalement de retourner à notre voiture auprès de laquelle rôde la dame du début. Elle nous invective une dernière fois et nous partons sans lui jeter un dernier regard. Quinze minutes plus tard, nous quittons la route côtière au village de Vincendo pour nous diriger à nouveau vers la mer.

Cette petite localité possède une des plages les plus originales de l’île: entièrement composée de sable noir, abritée dans une grande crique. Quelques jeunes traînent ici mais ils ne nous accorderont pas un regard. On se gare à l’abri des vacoas qui bordent le littoral et on emprunte le micro-chemin qui nous amène à la plage. C’est le choc ! Cette plage brille de millions de petits diamants grâce au grand soleil présent à ce moment la. L’eau est d’un bleu profond et de petites vagues s’écrasent sur de beaux rochers noirs luisant. On s’installe la pour réchauffer nos os et mon épouse part tremper ses pieds. Très peu pour moi, je me contente de photographier les environs et de regarder tendrement mon épouse morte de rire à courir dans les petites vagues.

DSC_0669 DSC_0666 DSC_0713

Nous passons une bonne heure ici à profiter pleinement de l’air vivifiant et de la chaleur mais nous nous décidons finalement à partir. La prochaine étape de notre journée se situe à une bonne vingtaine de minutes d’ici. Nous prenons notre temps sur la route que nous quittons à nouveau mais cette fois, pour s’enfoncer dans les terres. Nous longeons une petite rivière que nous traversons deux ou trois fois sur des petits ponts jusqu’au à arriver sur une partie qui monte très fort. Quelques voitures sont garées ici mais vu la configuration des lieux, ça fait vite rempli. Au final, je me gare dans la côte en prenant bien soin d’enclencher une vitesse et de mettre le frein à main. A peine sortons nous de la voiture que nous entendons un bang sonore. Une femme a mal négocié son virage et est partie tout droit dans la végétation. Elle n’est pas blessée et est accompagnée, nous la laissons donc appeler le dépanneur et nous revenons légèrement en arrière.

Quand je dis que le Paradis se trouve sur cette île, je ne mens pas. On découvre ici un magnifique bassin rempli en continue par de petites cascades. Nous sommes à Grand Galet, un des endroits les plus féeriques que nous verrons.

pano grand galet

Malheureusement et, sans qu’on s’y attende, la pluie commence à tomber doucement. On se décide donc à quitter les lieux à regret. Nous revenons vers la côte et aussitôt, le temps se remet au beau. On s’achète de quoi manger et nous retournons manger sur la plage de Vincendo. Nous restons encore un petit temps à profiter avant de nous mettre en route vers notre prochain logement.

Nous avons réservé trois nuits dans un hôtel cette fois. Le seul gîte qui nous avait attiré ne nous a jamais répondu et nous avions donc du nous rabattre sur un hôtel plus classique. Classique mais luxueux ! Une heure de route est nécessaire pour rejoindre cette région du Dimitile, dans les Hauts de Saint-Pierre. Le petit village d’Entre-Deux ou nous dormirons est très agréable et l’hôtel est pas mal aussi. Beaucoup moins intime que les gîtes par contre, la plupart des chambres donnent sur une belle grande piscine. Le premier contact n’est pas mauvais mais très vite, les défauts feront leurs apparitions: des tarifs hors de prix pour les boissons au bar (sachant ce que coûte le rhum ici, c’est scandaleux !), une piscine froide (on est en montagne et il ne fait vraiment pas chaud), un frigo qui ne fonctionnera pas du séjour, … bref par rapport à tout ce que nous avons eu avant et ce qui nous est proposé maintenant, c’est pas top ! Dommage vu le prix qu’on paye ! De plus, nous essayons de descendre dans le village pour manger mais rien n’est ouvert ! On va encore plus loin mais décidément nous sommes maudits. Nous devons finalement nous en remettre au restaurant de l’hôtel qui propose des plats bons (mais pas exceptionnel) à des prix … à la hauteur, dirons-nous !

 

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :