Jour 2: Mise en jambes à Grand-Étang

La nuit fût délicieuse et reposante mais nous nous réveillons, pressé de partir faire nos premières explorations de la région. Avant de démarrer, nous allons prendre un magnifique petit-déjeuner sous la varangue de la propriétaire, constitué de confitures péi (du pays en créole), de délicieux petits pains sucrés farcis de noix de coco ou de chocolat (ce sont des makatias) et d’autres très bon produits. Nous profitons pleinement de ce repas très agréable en discutant avec la propriétaire. Nous luis demandons si elle fait table d’hôte, ce qui n’est pas le cas, mais nous propose de réserver à la table d’en face qui a apparemment très bonne réputation. Nous acceptons avec plaisir son offre et nous nous mettons en route.

Une petite demi-heure de route nous sépare de notre destination: le site du Grand-Étang et sa marche annoncée facile et agréable. Idéal pour nous dégourdir les jambes sans trop forcer. On finit par traverser le petit village de Pont-Payet et on s’engage dans un chemin forestier. Nous finissons par arriver sur un parking en pleine forêt ou de petits espaces aménagés joliment  témoignent que des gens viennent ici. En effet, il n’y a personne alentour.

DSC_0096

La première partie du chemin est très boueuse et en montée régulière. Il fait déjà pas mal humide ici et on le ressent assez vite, même si le tout se fait relativement facilement. Nous sommes entourés d’une végétation épaisse et quelques trouées laissent passer les rayons de soleil.

DSC_0103

Nous arrivons assez vite à un premier croisement: soit aller directement au Grand-Étang directement soit fait une petite portion en aller et retour pour profiter d’un point de vue sur ce qui nous attend. On a le temps et l’envie de marcher, nous faisons donc ce petit détour pour nous retrouver face à une trouée dans la forêt qui nous laisse apercevoir un paysage d’un autre monde. Un lac entouré d’une paroi rocheuse recouverte de végétation. On voit aussi que cette paroi continue derrière l’étang mais on ne voit pas d’ici ce qu’il y a au fond.

DSC_0098

Après avoir bu une petite gorgée d’eau, nous faisons le chemin en sens inverse jusqu’à l’embranchement et nous entamons la suite de notre marche. Nous finissons par arriver face à l’étang et c’est la que nous constatons qu’en réalité, il devrait être beaucoup plus grand. En effet, ça fait un petit temps qu’il ne pleut plus beaucoup par ici et il est en train de s’assécher (d’après ce qu’il nous a été dit par la suite).

DSC_0109

On choisit de faire le tour par la droite sur un chemin très large et facilement praticable malgré la présence de grandes flaques d’eau rendant le terrain un peu boueux. Rien de dramatique néanmoins, on trouve toujours un passage suffisamment sec. Ça fait une heure que nous avançons ainsi à notre rythme lorsque l’on arrive face à l’ouverture dans la paroi que nous avions vu d’en haut. Elle se termine en réalité un peu plus loin, de fines cascades tombant de son sommet. J’ai l’impression de me retrouver dans certaines scènes de Jurassic Park ou de King Kong: tout pourrait surgir de cette végétation omniprésente !

DSC_0117

On arrive à une nouvelle intersection qui nous permet de nous rapprocher de ces fines cascades. Mon épouse m’accompagne un petit peu mais ne se sent pas d’emprunter ce chemin un peu casse-gueule il faut l’avouer. J’y vais donc tout seul, m’accrochant aux arbres pour avancer à mon aise. Ça monte et ça descend jusqu’à arriver au dessus de deux petits bassins remplis par les trombes d’eaux qui tombent de la paroi. Il y a beaucoup de bruit ici, probablement du au fait qu’on est vraiment encerclé par les parois. C’est joli mais je ne m’attarde pas trop, je ne souhaite pas faire attendre plus longtemps mon épouse. J’accomplis donc le chemin inverse jusqu’à la retrouver, assise sur le bord du chemin.

Nous terminons notre ballade en bord d’étang mais cette partie est moins jolie que l’autre et il n’y a pas grand chose à raconter ici. J’en profite pour passer un coup de fil: je dois essayer de réserver notre activité d’après-demain. Tout est ok, nous sommes soulagés, ça va être génial … Je n’en dis pas plus !

Nous finissons par revenir à notre voiture après trois petites heures de ballade tranquille, ou nous nous sommes arrêtés tout les dix mètres pour prendre des photos. C’était vraiment agréable et nous n’avons rencontré finalement qu’une petite dizaine de personnes.

Midi est passé et cette petite marche nous a mis en appétit. Heureusement, non loin de la, un camion-restaurant se trouve sur le bord de la route. On s’empresse de se garer et on va voir ce qu’il y a de bon ici. Quasi plus rien, et il n’est même pas 12h30 ! Apparemment, les locaux mangent tôt ! Le patron peut quand même nous proposer deux caris de crevettes, un plat typiquement réunionnais copieux et bon. On accompagne le tout d’une Dodo et on s’installe sur les petites tables en plastique.

Le ventre rempli, nous partons pour la suite du programme. Nous voulons aller voir l’Enclos, une zone interdite de construction qui part du Piton de la Fournaise à plus de 2600 mètres d’altitude et qui se termine dans la mer. C’est ici que l’on peut voir les anciennes coulées de lave. De petits panneaux (pas toujours évident à voir, si seulement ils existent encore) indiquent de quelle année date telle ou telle coulée. Les plus récentes ont à peine 5 ans. C’est impressionnant de voir le résultat: le volcan est caché dans les nuages tandis qu’une large traînée noire a tout brûlé sur son chemin.

DSC_0134

Nous parcourons dans les deux sens la route qui traverse cette zone désolée et décidons de rentrer tout doucement au gîte. La fatigue de ces derniers jours n’est pas encore totalement dissipée et nous souhaitons prendre le reste de la journée pour nous reposer un petit peu. Avant de rentrer, nous faisons un léger détour pour aller voir un petit site très agréable: l’Anse des Cascades. Nous suivons un chemin en pente forte qui passe dans une magnifique végétation éclairée par les rayons du soleil.

DSC_0179

Nous finissons par arriver sur un parking. Un restaurant est la mais fermé pour l’instant. Dommage, on meurt de soif et on aurait bien bu un petit coup. On descend la jetée qui permet de mettre les petites barques qui se trouvent la à l’eau. Une petite plage de gros rochers noirs, encerclée par une paroi rocheuse et des petites cascades qui coulent dessus offre un tableau splendide.

DSC_0146 DSC_0178

DSC_0149 DSC_0164

Nous nous asseyons sur un petit banc face à la mer pour profiter de l’air un peu plus frais ici puis, au bout d’une bonne demi-heure, nous nous décidons à rentrer.

Nous passons le reste de l’après-midi sur notre petite terrasse en buvant les Dodos que nous avions achetées la veille puis vient l’heure de nous rendre dans la maison d’en face ou nous sommes attendus. La famille qui gère les lieux est très agréable, les autres clients aussi. Une famille de Réunionnais est en vacances ici: en effet, ils habitent à une grosse heure de route, de l’autre côté de l’île. On passera la soirée à discuter avec eux de notre programme et ils nous conseilleront toutes sortes de petit détails. Tout ce que l’on mangera ce soir sera délicieux (sauf le gratin de chouchous dont je ne suis pas très fan …).

Il est presque dix heures quand on termine notre dernier verre de rhum (il y en aura eu quelques uns depuis le début du repas !) et nous rentrons nous coucher.

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :