Jour 1: Le Paradis existe !

Un an et demi après ma demande en mariage mémorable dans une des plus belles merveilles du monde située au Vietnam (la Baie d’Halong), ça y est, nous sommes mariés ! Nous aurions pu nous décider pour une lune de miel traditionnelle faite de longues siestes sur une plage mais c’est mal nous connaître. Nous voulons pouvoir combiner beaucoup de marches avec des moments plus légers, des montagnes et des belles plages, et le tout au soleil. Nous sommes en octobre et les destinations qui proposent toutes ces conditions ne sont pas légions. Notre idée de départ était l’Australie mais nous ferons marche arrière. Vouloir un peu de confort dans ce pays (ça reste un voyage de noces, si je peux éviter de faire dormir mon épouse en tente, je n’hésite pas) était fort cher, nous avons donc du trouver une région du monde qui nous convenait. C’est comme cela que l’on en est arrivé à s’intéresser à cette île douze fois plus petite que notre bonne vieille Belgique: La Réunion. Perdue dans l’Océan Indien, non loin de Madagascar, cette région d’outre-mer française a bien l’air de correspondre à nos attentes. En effet, des montagnes et des plages, il y a. Mais, il y a mieux encore: des volcans dont un encore en activité, une multitude de cultures différentes, du soleil et de la chaleur, des spécialités locales appétissantes et des kilomètres de chemin de randonnées.

C’est donc deux jours après le mariage que nous sommes déposés par mes parents à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris, en fin d’après-midi. Notre vol décolle un peu avant 20h, nous avons donc le temps de passer les contrôles et d’aller acheter quelques livres et magazines. Nous partirons dans les temps pour un trajet de dix heures sans escale qui sera marqué par un problème technique assez dérangeant: la clim ne fonctionne pas et nous n’arriverons pas à fermer les yeux très longtemps. Quelques personnes autour de nous ferons même un malaise malgré les passages réguliers du personnel de bord avec des boissons fraîches. Finalement, nous arriverons entier mais bien fatigués par les conditions particulières de ce vol. Nous atterrissons un peu avant 9h du matin à l’aéroport Roland Garros de Saint-Denis, dans le nord de l’île. Nous nous dirigeons tout de suite vers les comptoirs de location de voitures et trouvons facilement celui qui nous intéresse. Nous présentons nos papiers à une employée qui nous emmène à son rythme jusqu’à une petite berline, bien plus confortable que le petit modèle réservé. Le surclassement nous est offert mais nous faisons quand même un check attentif du véhicule. Tout est OK, on charge nos sacs et on branche le gps. Nous allons passer nos premières nuits dans un gîte du côté de Sainte-Rose, à une heure de route en longeant la côte vers l’est.

Pour avoir déjà un premier aperçu de ce qui nous attend, nous avons prévu de faire un petit détour sur la route jusqu’à la Cascade Niagara (tiens, tiens …). J’avais préparé dans mon gps tout les lieux ou nous souhaitions nous rendre en cherchant les coordonnées exactes. En effet, peu d’adresses sont vraiment précises et la plupart ne se trouve pas dans le gps. Bien nous en a pris, nous trouverons facilement notre route à travers de petits chemins de campagne bordés d’immenses cannes à sucre.

DSC_0064

Nous finissons par arriver sur une petite esplanade servant de parking ou quelques rares voitures sont garées. Nous faisons pareil pour voir un petit bassin légèrement en contrebas, bordé par une minuscule falaise.

DSC_0060

En réalité, c’est ça la cascade … complètement à sec. En effet, nous arrivons dans une période de sécheresse, il ne pleut plus depuis un bon bout de temps ! Par contre, la chaleur est déjà bien présente et nous allons nous mettre à l’abri d’un bel arbre entouré de rochers ou l’on peut s’asseoir à l’ombre.

DSC_0049

Nous sommes bien fatigués et nous décidons de lever le camp. Notre objectif est d’arriver à notre gîte pour le repas de midi. La route que nous suivons n’est pas très large mais reste la principale dans cette direction. Croiser une autre voiture oblige à serrer le bord de la route mais les caniveaux sont très profond et je dois bien faire attention à ne pas y descendre. Finalement, nous trouverons assez facilement l’entrée du petit sentier. Nous nous rendons directement à la maison principale afin d’y trouver la propriétaire des lieux. Celle-ci viendra nous rejoindre au bout de cinq minutes, nous sommes passés en voiture devant elle sans la voir et elle a du nous rejoindre à pied. Elle nous emmène jusqu’à de petites cases magnifiques et tout confort.

DSC_0067 DSC_0077

Nous prenons une douche rapide pour effacer les traces de notre nuit blanche et étouffante et nous repartons aussi vite pour trouver de quoi manger. En effet, l’heure de midi est maintenant passée et si nous voulons trouvé quelque chose d’ouvert, nous ne devons pas traîner. Heureusement, nous trouverons notre bonheur près du petit port de Sainte-Rose, chez Louisio. C’est une cabane en bord de mer qui vend des repas et des sandwiches créoles pour un prix très abordable.

DSC_0078

C’est ici que nous dégusterons notre premier sandwich bouchons gratinés, un régal ! C’est une baguette farcie de sortes de gros raviolis à la viande, sur lequel on a mis une tonne de fromage rapé que l’on fait gratiné au four, le tout avec une sauce au piment pour relever l’ensemble. Ça sera le sandwich du séjour que j’essayerai régulièrement durant les trois semaines suivantes afin de déterminer ou se trouve le meilleur. On goûtera également à la bière locale, la Dodo, pas mauvaise et très appréciable par cette chaleur. Son nom vient d’une espèce d’oiseau endémique à la Réunion et maintenant disparu: le dodo ou ibis de la Réunion.

Nous décidons de rentrer à notre gîte afin de faire une sieste réparatrice, le vrai programme ne commençant que le lendemain. Nous dormirons deux heures très profondément et nous ressortirons pour aller faire quelques petites courses alimentaires dans un petit magasin non loin. Nous y achetons de quoi faire un apéro convenable ce soir et nous allons tout déposer dans notre frigo. La propriétaire nous avait indiqué l’entrée d’un chemin côtier qui passe près de sa maison. Nous nous y rendons et nous retrouvons nez-à-nez avec la mer, que nous surplombons de quelque 15 ou 20 mètres. Les vagues s’écrasent violemment sur la roche noire en contre-bas et nous évitons de trop approcher du bord.

DSC_0082

Nous avancerons sur quelques centaines de mètres en longeant cette côte déchiquetée. Certains passages se font sous le couvert de palmiers nous mettant à l’abri d’un soleil qui ne va pas tarder à aller se coucher.

DSC_0091

Nous faisons demi-tour car la nuit arrive très vite ici et finalement, la nuit ne sera plus loin quand nous rejoindrons la maison de notre hôte. Cette dernière nous attend avec un punch citron préparé par elle qui se révélera excellent ! Nous repartirons une dernière fois à la recherche d’un repas et nous trouverons notre bonheur dans un camion-restaurant en bord de route. Nous irons ensuite nous installer sous la varangue de la propriétaire pour nous mettre sur internet (que l’on ne capte pas du gîte) et c’est la qu’elle nous rejoindra avec un nouveau punch. Nous discuterons avec elle un peu plus d’une heure sur tout ce qui touche à ce petit bout de terre aux allures de Paradis, pour les touristes que nous sommes en tout cas. Nous irons ensuite nous coucher avec le bruit de la mer en fond. Vivement la suite !

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :