Jour 11: Niagara Falls

Après une nuit délicieuse dans un lit incroyablement grand (2m40 de … large !), nous nous apprêtons et attendons notre petit-déjeuner que nous avons décidé de nous faire servir en chambre. C’est très cher mais nous espérons sans trop y croire un retard du personnel. Si il est supérieur à un quart d’heure, le déjeuner est offert. En attendant, je me décide à jeter un premier vrai coup d’oeil à la raison de notre visite: les chutes du Niagara ! Dès le petit matin, et alors que le soleil n’est pas encore complètement levé, elles sont déjà impressionnantes et nous entendons légèrement leurs rugissements.

DSC_0471

Malheureusement, à l’heure pile, un serveur frappe à la porte et vient faire le service à table. C’est très bon et nous prenons notre temps pour en profiter. Quand notre festin est terminé, il est dix heures et nous décidons de nous mettre en route pour aller admirer ce spectacle de plus près.

Le chemin normal nous demanderait 20 minutes de marche, rien de difficile en soi. Mais en se renseignant sur la direction à prendre, on nous indique que pour quelques dollars, nous pouvons descendre dans une espèce de téléphérique qui nous amène directement au dessus des chutes. En cinq minutes, nous y sommes et c’est parti pour une descente à pic mais suffisament lente pour que nous puissions prendre des photos.

DSC_0473

Finalement, nous arrivons enfin au but et c’est maintenant que l’on se rend compte du monstre que c’est. Mais d’abord un petit descriptif des lieux: il y a trois chutes. La première, côté canadien, appelée le fer à cheval est la plus grande. La deuxième, American Falls, située comme son nom l’indique du côté américain. La troisième, elle aussi américaine et la plus petite, Bridal Veil Falls, situé juste à côté des secondes et de moindre importance. Ce sont les chutes les plus puissantes d’Amérique du Nord avec un débit de 2800m³ à la seconde ! Elles se sont formées il y a 50000 ans et faisait partie du territoire d’une tribu amérindienne iroquoise, les Ongiara.

Les plus belles sont celles devant nous, le fer à cheval nommée ainsi grâce à sa forme en demi-cercle. Le point de vue ou nous nous trouvons se situe tout à côté de l’endroit ou les chutes se forment dans un grondement impressionnant et s’écrasent 52 mètres plus bas. Dès que le vent change légèrement, nous nous retrouvons pris dans un nuage de fines gouttelettes qui nous trempent instantanément.

DSC_0475 DSC_0486

En suivant le chemin qui longe la « falaise », nous voyons de l’autre côté de la rivière les deux chutes américaines, nettement moins impressionnante mais néanmoins très belle qui s’écrasent sur un amas de rochers en contrebas. Beaucoup de touristes viennent comme nous du côté canadien car ce n’est que d’ici que l’on peut admirer aussi bien les chutes. Ceux qui restent aux USA n’ont qu’une vue partielle de l’immense fer à cheval et une vue de côté des autres.

DSC_0537 DSC_0516 DSC_0503

Le temps passe vite à force de rêver devant tant de beauté. Nous décidons enfin de nous rendre à l’embarcadère du Maid of the Mist, une flotte de bateau qui, depuis 1846, transportent des passagers pour les amener au plus près des chutes. Nous payons l’entrée, fort chère, et nous mettons dans l’immense file qui attend. Heureusement (ou pas), chaque bateau embarque un grand nombre de personnes et grâce à une bonne rotation, nous nous retrouvons très vite en vue du bateau. Quelques dizaines de mètres avant d’embarquer, on nous donne un magnifique poncho en plastique qui est censé nous protéger des quantités d’eau qui vont bientôt s’abattre sur nous. Un bateau arrive, les gens commencent à monter et, pas de bol pour nous, nous sommes les derniers. Toutes les places à l’avant sont déjà prises et nous nous retrouvons super mal placé … Râlant ! Mais, alors que les trombes d’eau commencent à arriver, les gens courent se réfugier à l’abri de la cabine et nous en profitons pour aller nous placer à deux, tout à l’avant. Une grande partie de rigolade ou nous finirons tremper comme des soupes ! Nous n’avons bien évidemment pas pu sortir l’appareil photo à ce moment la, mais celles que j’avais prises d’en haut laisse imaginer ce que ça peut être. Dire que des fous se sont essayés à descendre ses chutes, avec plus ou moins de réussite, à la nage ou même dans des tonneaux. A cause du nombre de morts, c’est devenu interdit de tenter l’aventure.

DSC_0505 DSC_0525

Nous sommes obligés de retourner à l’hôtel nous changer car même les sous-vêtements sont détrempés. Nous revenons bien vite continuer à profiter de cette magnifique journée. Dans le centre d’info/commercial, une autre activité est proposée: passer DERRIÈRE les chutes grâce à un réseau de galeries. Nous prenons un ascenseur qui nous dépose dans un petit tunnel ou deux ouvertues sont aménagées. Nous sommes effectivement derrière ce mur d’eau à travers duquel on ne voit rien, le bruit est assourdissant mais au final, ce n’est pas le plus intéressant.

DSC_0531

Ce qui est chouette par contre, c’est une espèce de terrasse aménagée à mi-hauteur des chutes et qui permet de dégainer l’appareil photo en vitesse avant d’être complètement trempé.

DSC_0532

Finalement, nous resterons ici toute l’après-midi et ce n’est que vers 17h que nous décidons de retourner à l’hôtel. On prend la voiture pour aller faire quelques courses et nous allons ensuite manger dans un autre TGI (comme à Washington). Le service est par contre beaucoup moins fun qu’aux USA.

Alors que la nuit est tombée et que nous sommes bien au chaud dans notre magnifique suite, nous admirons le spectacle des chutes illuminées. Un peu kitch tout ça, mais ça contribue au charme !

DSC_0557 DSC_0561 DSC_0570

Pour terminer, voici la légende qui entoure ces lieux:

« Selon des légendes amérindiennes, Lelawala, une magnifique jeune femme, fut fiancée par son père à un brave homme qu’elle méprisait. Plutôt que de se marier, Lelawala choisit de se sacrifier à son véritable amour He-No, le dieu du tonnerre qui vivait dans une cave derrière le « Fer à Cheval ». Elle amena son canoë jusqu’au rapide de la rivière Niagara et fut renversée par-dessus bord. He-No la rattrapa alors qu’elle tombait et leurs esprits seraient liés ensemble à jamais dans le sanctuaire du dieu du tonnerre, à l’abri des chutes. » (source wikipédia)

 

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :